La fatigue

Elle est là, bien en moi depuis quelques mois. Depuis que Romane enchaîne les dents, les otites, les rhumes, les nuits pourries sans raison, la gastro… Et les bonnes nuits qui se terminent trop tôt, beaucoup trop tôt.

Et le nouveau job qu’il faut apprivoiser. Le nouveau rythme qu’il faut prendre. Cette nouvelle maman, toujours un peu pressée. Pour ne pas arriver trop tard à l’école, au boulot, chez nounou, à la maison. Et le bain, le repas, le coucher à enchaîner chaque soir. Le rythme de beaucoup de parents finalement.

Et l’envie de continuer les activités avec les enfants. La peinture à 8h00 qui tourne au fiasco. La médiathèque après le boulot, rapidement. Les enfants qui ne veulent plus quitter papi-mamie avec qui ils passent de si bons moments. La culpabilité de penser à moi, d’avoir priorisé ma vie professionnelle pour une fois.

Oui j’aurai pu rester dans ce job qui ne me plaisait plus mais qui me laissait deux jours complets en semaine avec mes enfants. Qui me permettait de faire de la couture, de lire, de prévoir les activités des enfants… Mais j’ai choisi

d’essayer d’être épanouie aussi bien personnellement que professionnellement…. Compliqué me direz-vous….

Cette fatigue qui me fait voir la vie moins belle qu’elle ne l’est réellement. Qui me fait douter de mes capacités. Qui me fait crier un peu plus fort sur mes enfants. Qui me rend moins agréable pour mes proches.

Cette fatigue qui m’empêche d’être cette wonder-woman que je voudrai être. Le sport est devenu une option. Les pâtes une solution…

 

Enfin, cette fatigue, cet épuisement, on la connaît tous en tant que parents. On sait que c’est souvent passager. Qu’après les nuits pourries, des nuits plus calmes nous attendent. Mais quand on ne dort pas assez les journées sont bien longues et les nerfs mis à rude épreuve….

Alors dieu de sommeil priez pour moi !

vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *