L’éducation bienveillante et moi

education bienveillante et moi

L’éducation bienveillante et positive c’est tendance et sur les réseaux sociaux on ne voit qu’elle ! Alors certes il y a plein de bonnes choses et surtout de bonnes intentions derrière. Mais parfois les parents, et surtout les mamans, se sentent complétement perdue ! Et moi aussi !



Et si on se faisait confiance ?

Je me suis rendu compte que j’étais polluée par tous ces posts, articles, livres sur l’éducation et qu’au final je doutais de ma façon de faire avec mes enfants. Pour l’anecdote, j’avais rendez-vous avec les dames de la crèche car Romane ne mangeait pas, et nous avons parlé beaucoup de Romane mais également de notre famille. J’ai presque eu honte de dire que je félicitais mes enfants, que selon leurs objectifs, par exemple manger proprement pour Maé, je mettais des points rouge ou vert et que sur une période donnée je leur achetais un livre ou un petit cadeau.

La directrice a trouvé l’idée bonne. Elle m’a dit « il n’y a pas de façons de faire, ce qui est bien c’est ce qui marche chez vous ! » Alors là ça a été révélateur « fais toi confiance ma grande ! ».

Le problème c’est que sous le couvert « d’éducation bienveillante » c’est parfois un déferlement de critiques sur les réseaux sociaux.

« Mauvaise mère » « égoïste »… Et je me dis que pour des mamans fatiguées ça doit être encore plus compliquée ! Alors mesdames, soyons d’abord bienveillante les unes envers les autres !

Ce que m’a appris l’éducation bienveillante

D’abord les tournures de phrases, j’essaie le plus possible d’être dans la formule positive « On marche au bord de la piscine » « on s’assoit sur le canapé »… Dire que ça fonctionne à chaque fois serait mentir, mais c’est plus agréable.

Je ne restreins pas les enfants dans leurs découvertes, leurs expériences. Je vais leur dire si ce qu’ils font me fait peur, je les accompagne mais je ne leur impose pas. Et finalement on s’en sort sans trop de bobos.

Je les accompagne dans leurs émotions, ou du moins j’essaie. Mais on n’évite pas quelques grands drames du quotidien !

Je les laisse plus libre, de choisir leurs vêtements, leurs chaussures….

Ce qui m’énerve dans l’éducation bienveillante

Je suis la première à dialoguer avec mes enfants, mais parfois c’est moi qui tranche, c’est moi qui décide parce que je suis le parent ! Non on ne part pas à l’école en pyjama, non on ne met pas les chaussons pour aller chez nounou… Pourquoi ? Parce que c’est comme ça !

Nous nous adaptons le plus possible à leur rythme, mais oui le matin on doit se dépêcher. Pourquoi ? Parce que je ne veux pas me lever 30 minutes plus tôt pour ensuite m’occuper seulement d’eux. Non mon sommeil est précieux… Alors ils apprennent à se débrouiller un peu seul. Et finalement ça a du bon ! Romane sait s’habiller seule et n’a pas 3 ans !

Je n’accède pas à toutes leurs demandes. Des poireaux au gouter (véridique je l’ai vu chez une instagrameuse) c’est NO WAY ! Parce que si l’un veut des poireaux et l’autres des pop-corn c’est la merde ! Je leur demande ce qu’ils aimeraient pour le goûter les jours où je cuisine et après ils s’adaptent à ce qu’il y a !  La peinture à 7 heures du matin ? Non plus ! Là c’est télé ou jeux dans leurs chambres, laissez-moi émerger !

Le cododo ? Dans la mesure du possible chacun dans son lit ! Le portage ? Très bien quand ils étaient bébés, maintenant ils peuvent marcher, jouer, et on fait de gros câlins régulièrement !

Ne jamais laisser pleurer ? Je trouve que c’est presque dangereux de dire ça à de jeunes mamans ! A la maternité on m’a souvent dit, si le bébé pleure que vous n’en pouvez plus, laissez-le dans son lit et prenez l’air 2 minutes ! Oui c’est ce qui est préconisé contre les bébés secoués ! Et puis pour le premier bébé nous pouvons tout abandonner pour le bercer, le dorloter… Pour une deuxième, un troisième c’est plus compliqué….

Et vous, vous en pensez quoi de l’éducation bienveillante ?

vous aimerez aussi

RGO

2 commentaires

  1. Je crois que tu sais ce que j’en pense pour ma part… on adhère ou pas aux théories de l’éducation bienveillante, moi je pense ce qu’il y a vraiment de bonnes idées et d’autres qui ne me correspondent pas. Mais ce qui m’énerve au plus haut point, c’est que ça finit par devenir un vrai dogme… Sous couvert de bienveillance beaucoup de maman finissent par ne plus être bienveillantes envers les autres qui ne font pas comme elles, et par ne plus avoir aucun recul sur ce qu’elles lisent ça et là. Et l’omniprésence de l’éducation bienveillante dans les médias et les réseaux sociaux finit par être vraiment oppressante et culpabilisante… C’est pour moi une dérive! chacun devrait être libre de pouvoir faire ce qu’il veut et qu’il croit être le meilleur pour son enfant, sans avoir l’impression de mal faire juste parce qu’il va à contre-courant…

    1. Je suis complétement d’accord avec toi… C’est impressionnant ce que l’on peut lire et à quel point finalement ça nous culpabilise sans forcément sans rendre compte tout de suite…
      Je pense que la grande majorité des parents fait le mieux possible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *